Image

Hormones stéroïdes, fibromes utérins et dysfonctionnement hépatique: pathogenèse et perspectives de traitement

Les fibromes utérins (MM) sont de véritables tumeurs bénignes des organes hormono-dépendants. Sa prévalence varie considérablement. Selon la littérature, une femme sur quatre à cinq dans le monde a des fibromes utérins

Les fibromes utérins (MM) sont de véritables tumeurs bénignes des organes hormono-dépendants. Sa prévalence varie considérablement. Selon la littérature, une femme sur quatre à cinq dans le monde a des fibromes utérins [40, 57]. Malgré la faible probabilité de malignité (1%), jusqu'à 2/3 des patientes souffrant de fibromes utérins subissent un traitement chirurgical, et 60 à 96% de toutes les opérations sont radicales et entraînent une perte de la fonction reproductive et menstruelle chez la femme. Cela devient par la suite la principale raison du développement de troubles du système hypothalamo-hypophyso-ovarien, ainsi que de changements végétatifs-vasculaires et psycho-émotionnels [6, 14].

Le contexte de l'augmentation de la croissance des ganglions myomateux pendant la période préménopausique est considéré comme des troubles neuroendocriniens à long terme, la ménopause pathologique, l'action de facteurs qui stimulent les processus hyperplasiques dans le corps, ainsi que divers troubles métaboliques (obésité, violation du métabolisme des lipides et des glucides, etc.) [6, 14, 17].

Les fibromes utérins sont souvent associés à diverses maladies extragénitales: obésité (64%), maladies du système cardiovasculaire (60%), troubles fonctionnels du tractus gastro-intestinal (40%); hypertension (19%), névroses et états de type névrose (11%), endocrinopathies (4,5%). Une femme en surpoids, associée à une faible activité physique et un stress fréquent, font partie des facteurs contribuant à l'apparition du MM. De plus, lors de l'évaluation du risque de fibromes utérins, une prédisposition génétique à son développement n'est pas exclue [58].

En pratique clinique, la nature de la croissance tumorale est d'une grande importance. Les tumeurs de l'utérus sont divisées par composition tissulaire - fibromes, fibromes, angiomes et adénomyomes - en fonction de la teneur en tissu conjonctif et du degré de développement du composant vasculaire. On distingue les tumeurs simples et proliférantes, ces dernières se retrouvent chez un patient sur quatre avec un myome utérin.

Le MM doit être considéré comme une prolifération dysrégénérative du myomètre endommagé et non comme une tumeur [24, 38, 58].

On sait que dans le myomètre, autour d'un vaisseau à paroi mince, plusieurs bourgeons de croissance sont immédiatement déposés. Les fibromes utérins ont une croissance autonome (autocrine et paracrine) en raison de l'interaction des facteurs de croissance et de la formation de récepteurs de croissance et sensibles aux hormones [14, 23, 38, 53].

La pathogenèse du MM est encore controversée. Les théories existantes sur le développement de la maladie sont basées sur les résultats d'études en laboratoire et expérimentales et n'expliquent que certains des liens de la pathogenèse. L'un des endroits centraux de la pathogenèse du MM est attribué aux particularités du statut hormonal et de l'état fonctionnel du système reproducteur [42].

La recherche moderne confirme l'opinion traditionnelle sur le rôle principal des œstrogènes dans la pathogenèse du MM [40, 41, 56]. La teneur en récepteurs d'estradiol et de progestérone dans le tissu fibrome est plus élevée que dans le myomètre inchangé et est sujette à des changements cycliques. Un traitement à long terme avec des agonistes de la gonadolibérine (facteur de libération hypothalamique) réduit le volume des ganglions du myome dans le contexte d’une diminution significative de la teneur en récepteurs des œstrogènes dans le myomètre et les tissus du myome [14, 16, 23, 33, 40, 54].

L'hyperestrogénémie joue le rôle principal dans la pathogenèse des fibromes utérins. Cela a été prouvé expérimentalement par la possibilité d'obtenir des pseudomyomes à la suite d'une utilisation prolongée d'hormones œstrogéniques. Après l'arrêt de l'action des œstrogènes, le MM chez les animaux subit une régression [19].

Les œstrogènes dans le sang des femmes circulent à la fois libres et liés sous forme de composés avec des acides sulfurique et glucuronique. La conjugaison des œstrogènes avec l'acide glucuronique par l'enzyme uridine phosphoglucuronyl transférase se produit principalement dans le foie. La violation des processus de conjugaison des œstrogènes peut entraîner une augmentation des fractions libres d'œstrogènes, qui ont une capacité plus prononcée à stimuler les processus hyperplasiques dans les organes cibles - l'utérus [19].

Chez les femmes souffrant de MM, tous les tissus (et pas seulement les tissus de l'utérus) réagissent aux fluctuations du taux d'hormones sexuelles en modifiant la concentration de leurs récepteurs; l'œstradiol induit d'abord la formation de récepteurs et une augmentation du taux de progestérone dans le sang entraîne une diminution des récepteurs des œstrogènes et de la progestérone [23].

La progestérone, avec les œstrogènes, stimule la croissance des fibromes utérins [54], mais ces deux hormones, participant à la pathogenèse des fibromes, utilisent des voies différentes [59]. Il a été prouvé que la 4-hydroxylation de l'estradiol dans le tissu MM est multipliée par cinq par rapport au myomètre environnant. Les niveaux d'activité de l'aromatase et les produits de transcription du cytochrome P450-aromatase sont 2 à 20 fois plus élevés dans la culture de cellules de myome que dans les tissus normaux. Cela indique une augmentation de la biosynthèse locale des œstrogènes qui stimulent la croissance des fibromes [33]. La teneur élevée en récepteurs des œstrogènes et de la progestérone dans le fibrome se traduit par une augmentation locale de la concentration d'estradiol, de progestérone et une stimulation de la croissance des fibromes. Dans ce cas, la progestérone et les œstrogènes ont un effet synergique [59].

Ainsi, des perturbations dans l'échange de stéroïdes sexuels dans les ganglions myomateux se forment selon le principe de la rétroaction positive basée sur la stimulation des cellules autocrines. Le développement de ce mécanisme physiopathologique est dû à la participation active des soi-disant facteurs de croissance, ce qui entraîne la croissance des ganglions myomateux, une altération de la vascularisation et des saignements [33, 40, 56, 59].

Le facteur de croissance des fibroblastes, le facteur de croissance de l'endothélium vasculaire transformant le facteur de croissance β, la protéine de type hormone parathyroïdienne et la prolactine jouent le rôle principal dans le développement des complications [17].

Le facteur décisif induisant le développement du MM est l'hyperestradiolémie locale, non compensée par une hyperprogestéronémie locale. Le MM dans des conditions d'anovulation naturelle devient un facteur de risque pour le développement accéléré de processus hyperplasiques dans le myomètre et l'endomètre [6, 23, 29, 30].

Le déséquilibre hormonal affecte non seulement la croissance des fibromes utérins, mais affecte également les fonctions de nombreux organes et systèmes. Les fonctions métaboliques du foie sont le plus souvent altérées. La base pathologique en est l'existence dans le corps d'un système métabolique fonctionnel «hypothalamus-hypophyse-ovaire-foie» [2, 3, 4, 5, 27]. Il faut souligner que le foie est l'organe central de l'homéostasie du cholestérol et de ses dérivés [21, 32, 49].

Le cholestérol de différentes classes de lipoprotéines est la source de synthèse des principaux lipides biliaires, en particulier les acides biliaires et le cholestérol biliaire inchangé, et le cholestérol des lipoprotéines de haute densité est principalement converti en acides biliaires, et le cholestérol des lipoprotéines de basse densité est excrété dans la bile sous forme inchangée [17, 36, 46 ]. Le point clé de la synthèse des acides biliaires est la 7-alpha-hydroxylase. Les hormones sexuelles jouent un rôle important dans la régulation de l'activité de cette enzyme; en outre, l'activité de la 7-alpha réductase dépend de la quantité de cholestérol libre non estérifié [21, 35, 46].

Les réactions métaboliques et cataboliques se produisant dans le foie équilibrent divers processus de sécrétion, en particulier les hormones sont activées et interconverties ici [22, 44]. Les changements dans la conversion des hormones affectent la quantité de formes actives dans le sang et les tissus. Une augmentation des réactions métaboliques conduit à la fois à un déplacement de l'équilibre entre les formes libres et liées des hormones vers une augmentation de la concentration de leur fraction libre, et à la suppression de la synthèse de protéines de transport spécifiques et à une augmentation automatique du contenu de la forme libre active des hormones [19].

Le catabolisme hormonal est une combinaison de divers processus de dégradation enzymatique de la structure initiale de l'hormone sécrétée [25]. Le foie est le principal producteur de protéines de liaison aux hormones. Plus de 90% du cholestérol utilisé dans la synthèse des hormones stéroïdes est produit dans le foie. Les métabolites des hormones stéroïdiennes sont peu solubles dans l'eau et, avant l'excrétion, sont convertis dans le foie en composés appariés (conjugués) de l'ester avec les acides sulfurique, glucuronique et autres [21, 47].

L'impression hormonale du métabolisme des stéroïdes est réalisée aux niveaux transcriptionnel ou traductionnel. Il revient à organiser la détermination du rapport des formes moléculaires du cytochrome microsomal P-450. La perturbation du métabolisme des stéroïdes est associée à une augmentation de l'activité de certains et à une diminution d'autres systèmes enzymatiques [37, 48].

La relation entre les systèmes reproducteur et hépatobiliaire est connue depuis longtemps [2,3,4,5]. D'une part, les patients atteints de MM présentent souvent des maladies du foie et des voies biliaires qui contribuent au développement de troubles du métabolisme des œstrogènes [39, 45], d'autre part, un excès de certains stéroïdes sexuels dans le sang affecte négativement diverses fonctions hépatiques [44, 55]. M. Maneshi et A. Martorani (1974) ont décrit le syndrome hépato-ovarien, dans une certaine mesure, déterminant cette relation [49].

Les relations fonctionnelles étroites du foie et des hormones sexuelles féminines, la combinaison fréquente de leurs lésions et le besoin associé d'hormonothérapie, qui affecte l'activité du foie, expliquent l'intérêt accru pour l'étude de l'état fonctionnel du foie chez les patients atteints de myome utérin..

Chez les patients atteints de MM et de taux normaux d'œstrogènes dans le sang, aucun lien n'a été observé entre l'excrétion des œstrogènes et les modifications de la teneur en fractions protéiques dans le plasma sanguin. Avec une augmentation de la teneur en œstrogènes dans le sang des patients atteints de MM, une corrélation directe a été observée entre la teneur en bilirubine directe et la concentration en estradiol [7, 9, 10, 11, 12].

Chez la plupart des patients atteints de MM, des dysfonctionnements hépatiques surviennent en l'absence de signes cliniques de maladie du système hépatobiliaire [20].

Ainsi, il a été constaté que le développement du MM est associé à des lésions fonctionnelles du foie et qu'il est possible que la croissance des fibromes se produise dans leur contexte.

Il ne peut être exclu que les modifications fonctionnelles observées dans le foie chez les patients atteints de MM soient associées à une altération du métabolisme des hormones stéroïdes. Il a été constaté que la concentration de lipides plasmatiques augmente parallèlement à une augmentation du taux d'hormones sexuelles endogènes, en particulier d'œstrogènes, ce qui prouve, dans une certaine mesure, la dépendance hormonale de l'hyperlipidémie dans le MM [34, 44, 50]. Sous l'influence des œstrogènes, la synthèse du cholestérol dans le foie est inhibée et la teneur en cholestérol dans les glandes surrénales diminue, la teneur en phospholipides augmente [1, 13, 51, 52].

On sait que le transport des lipides vers le foie du plasma sanguin est effectué par des récepteurs des membranes des hépatocytes et des cellules sinusoïdales du foie. Les œstrogènes activent les récepteurs hépatocytaires du cholestérol LDL, entraînant une augmentation de l'absorption [8, 10, 26, 31, 46]. La conséquence de ce processus est une augmentation de la teneur en cholestérol dans le foie et la bile de la vésicule biliaire, mais pas en augmentant sa synthèse, mais en augmentant le taux d'œstrogène, entraînant une diminution de la synthèse des acides biliaires dans le foie en raison de l'effet inhibiteur des œstrogènes sur l'activité de la 7-alpha-hydroxylase cholestérol [ 37, 43].

L'augmentation de la teneur en hormones sexuelles (œstrogènes) entraîne une modification du rapport entre le cholestérol et les acides biliaires dans la bile. Cela conduit à une augmentation de la teneur en cholestérol libre excrété dans la bile et à la formation de bile saturée et sursaturée en cholestérol. Les troubles les plus prononcés du métabolisme lipidique ont été observés chez des patients présentant une taille tumorale importante au cours de sa croissance rapide. Ils avaient une nette tendance à une augmentation de la concentration des lipides totaux, des lipoprotéines, du cholestérol libre dans le sang, une diminution significative des phospholipides et des esters de cholestérol a été notée [2, 3, 4, 18].

Avec l'existence à long terme du MM et sa croissance lente, les indices de la teneur en lipides totaux, lipoprotéines et cholestérol dans le sérum sanguin diffèrent légèrement des valeurs normales, tandis que les troubles qualitatifs du métabolisme lipidique ont conservé les régularités décrites ci-dessus et s'inscrivent dans le cadre de la dyslipoprotéinémie [2, 4]. De plus, une carence importante en phospholipides, en particulier dans les tumeurs à long terme, est un fait avéré [2, 3, 18].

Ainsi, les données disponibles dans la littérature sur l'état fonctionnel du foie chez les patients atteints de MM sont contradictoires, puisqu'elles ont été obtenues dans l'analyse d'un nombre restreint et hétérogène d'observations cliniques, de plus, elles sont souvent limitées par les caractéristiques de l'une des fonctions hépatiques. La question du diagnostic complexe des violations de l'état fonctionnel du foie (en particulier dans les premiers stades de sa lésion) à l'aide de méthodes modernes de recherche sur les radio-isotopes, y compris les études de son système réticuloendothélial, n'est pratiquement pas abordée. Les tactiques de traitement des patients atteints de MM ne prennent pas en compte les dysfonctionnements hépatiques.

La circonstance suivante ne doit pas être négligée: la tâche principale du traitement du MM, en particulier hormonal, vise à débarrasser les patients des fibromes. Dans le même temps, aucun des médicaments utilisés aujourd'hui a un effet négatif à un degré ou à un autre, et le traitement chirurgical n'a pas d'effet positif sur les fonctions hépatiques altérées..

Les méthodes de diagnostic modernes nous permettent de jeter un regard neuf sur le problème du traitement des fibromes utérins, en tenant compte de la pathogenèse des changements morphologiques et fonctionnels du foie chez les patients atteints de MM, ce qui aura certainement un effet positif sur ses résultats.

Quel que soit le type de traitement (conservateur ou chirurgical), le dysfonctionnement hépatique du MM doit être envisagé du point de vue du syndrome de détresse lipidique de Savelyev [28]. À cet égard, la direction la plus prometteuse dans le traitement des troubles métaboliques de la fonction hépatique peut être considérée comme une thérapie de correction lipidique à long terme avec l'émulsion de vaseline-pectine FISHANT S (Russie, PentaMed) avec l'utilisation obligatoire de médicaments hépatotropes combinés à base de plantes (hépabène, ratiopharm) et la restauration de la microbiocénose du côlon avec des probiotiques ) [28].

Pour des questions de littérature, veuillez contacter la rédaction

Z.R. Kantemirova, candidate aux sciences médicales
A. M. Torchinov, docteur en sciences médicales, professeur
T. A. Zhigulina
V. V. Kadokhova
E. A. Alekseeva, candidat aux sciences médicales
E. A. Devyatykh
V.A. Petukhov, docteur en sciences médicales, professeur
MSMSU, Université de médecine d'État russe, 1er hôpital Gradskaya, Moscou

De quoi le myome a-t-il peur??

Platon a comparé l'utérus à une bête qui vit dans le corps d'une femme. «Confus», il commence à «courir» à travers le corps et à provoquer divers symptômes. C'est ainsi que le terme «hystérie» est apparu - il y a des milliers d'années, on croyait que c'était l'utérus «fou», que les contemporains d'Hippocrate appelaient hystère («histère»), était responsable de l'apparition de cet état..

Les jours de l'Antiquité sont révolus depuis longtemps, mais certains mythes existent toujours. Un «animal incompréhensible» moderne dans le corps d'une femme, avec lequel même certains gynécologues ne sont pas très familiers - les fibromes utérins. Cette "tumeur bénigne" est enveloppée dans un épais brouillard d'illusions et de conjectures.

Beaucoup de choses ont changé dans la compréhension des fibromes au cours des dernières décennies. Ce qui était autrefois considéré comme allant de soi même pour les médecins, n'est aujourd'hui qu'une relique du passé. Essayons de comprendre de quel type d'animal il s'agit - des fibromes et de quoi a-t-elle peur.

Myoma a peur des chirurgiens

En particulier, ceux qui sont engagés dans la myomectomie (ablation des fibromes) et les hystérectomies (ablation de l'utérus). L'utérus lui-même a également peur de telles opérations et tout le corps n'en est pas ravi. Parfois, une intervention chirurgicale pour les fibromes est la solution optimale, mais dans la plupart des cas, il s'agit de tirer un canon sur des mouches. Vaut-il la peine de préparer une artillerie lourde où vous pouvez vous en tirer avec une tapette à mouche? Et il n'y a pas d'insectes, et les murs de la maison sont intacts (cependant, tout est en ordre, nous parlerons de "tapette à mouches" contre les myomes ci-dessous).

Les principaux inconvénients de l'opération:

  • En fait, le fait que ce soit une opération. Avec anesthésie. Et avec tous les risques encourus.
  • Dans 7 à 14 cas sur cent par an après l'opération, le myome repousse.
  • Le risque de rechute peut être réduit en prenant des hormones. Ce dont le corps n'est pas toujours heureux.
  • L'une des complications après la chirurgie est les adhérences dans le petit bassin. À cause d'eux, il peut y avoir des problèmes avec la conception d'un enfant..
  • Si le médecin suggère de retirer les fibromes ainsi que l'utérus, vous devriez penser aux conséquences. Ils peuvent être plus graves que les problèmes causés par le fibrome lui-même. Même si la femme n'envisage plus d'avoir d'enfants.

Conclusion: Myoma a peur de l'intervention chirurgicale, mais peut-être que seuls les gynécologues n'en ont pas peur. Il y a suffisamment d'inconvénients à cette méthode de traitement. Habituellement, la chirurgie est utilisée lorsqu'il y a de gros nœuds et que la femme envisage une grossesse dans un avenir très proche..

Le myome a un peu peur des drogues

Pour être plus précis, elle éprouve une légère peur d'un seul médicament - le bloqueur des récepteurs progestatifs Ulipristal (alias Esmiya). Avec le traitement correct, environ 60% des ganglions myomateux diminuent. Cependant, l'effet varie d'une femme à l'autre. Les scientifiques ne peuvent pas dire avec certitude combien de temps le médicament aidera à réduire les fibromes.
Autres médicaments hormonaux et spirales myome "Mirena" ne se soucie pas. Autant on voudrait croire le contraire, certains gynécologues de la «vieille école».

Myoma a peur de se retrouver sans oxygène

Les médecins et les scientifiques le savent depuis longtemps (depuis les années 70 du siècle dernier), mais certains refusent encore de le croire. Il existe une telle procédure - embolisation des artères utérines, lorsque des microsphères spéciales sont introduites dans le vaisseau alimentant le myome via un cathéter. Ils bloquent la lumière de l'artère, le fibrome est laissé sans oxygène et sans nutriments, «se dessèche» et, en fait, se transforme en tissu conjonctif. Il y avait un gros raisin, transformé en un petit zeste. Ou même complètement séparé de la paroi de l'utérus et «laissé» par le vagin.

Actuellement, les médecins américains considèrent l'embolisation de l'artère utérine (en abrégé EAU) comme l'étalon-or pour le traitement des fibromes, car elle présente plusieurs avantages:

  • Les rechutes, contrairement au traitement chirurgical, ne se produisent pratiquement pas.
  • Si les fibromes ont causé des symptômes, après les EAU, ils disparaissent complètement chez 99% des femmes.
  • La procédure prend 15-30 minutes. Il n'y a pas de coupure. Le médecin n'a qu'à percer la peau pour insérer un cathéter dans le vaisseau. L'anesthésie n'est pas non plus nécessaire.

Conclusion: L'embolisation des artères utérines est la même procédure que les experts modernes recommandent à la plupart des femmes atteintes de fibromes. Vous avez peut-être entendu un point de vue différent, mais ce n'est qu'un point de vue. L'efficacité et la sécurité de l'EMA sont scientifiquement prouvées.

Myoma a peur de la ménopause

Et par conséquent, les femmes âgées n'ont pas toujours besoin d'être traitées. Lorsque le niveau d'hormones dans le corps diminue, ce qui se produit inévitablement chez les femmes en bonne santé après la ménopause, les ganglions cessent de croître..

De quoi les fibromes n'ont pas peur?

Les ganglions myomateux n'ont pas peur des remèdes populaires, des compléments alimentaires, de l'homéopathie et de toutes sortes de méthodes de médecine alternative. Pendant qu'une femme expérimente sa santé, au lieu d'aller chez un médecin, le myome peut devenir très volumineux. Un traitement plus sérieux sera nécessaire.

Pourquoi le myome est indifférent?

Classiquement, on pense que les fibromes doivent être «transportés» dans votre corps avec précaution, comme une bombe à retardement, pour observer de nombreuses restrictions. Les scientifiques modernes ont de bonnes nouvelles pour les femmes: le taux de croissance des fibromes est presque indépendant du mode de vie. Avec les fibromes, vous pouvez:

  • avoir des relations sexuelles;
  • faire du sport (si le fibrome ne conduit pas à des menstruations abondantes et n'est pas si énorme qu'il serre les organes adjacents);
  • prendre des contraceptifs oraux - mais uniquement comme moyen de contraception, ils ne guérissent pas les fibromes;
  • prendre un bain et aller au sauna;
  • massage;
  • mangez ce que vous voulez (en cas de règles abondantes, vous devez vous assurer qu'il y a une quantité suffisante de fer dans l'alimentation).

Et à proprement parler, les fibromes ne peuvent pas être appelés une tumeur, même bénigne. Le cancer ne s'y développe pas plus souvent que dans un myomètre sain (la couche musculaire de la paroi utérine). Par conséquent, vous ne devriez pas avoir peur d'elle. Mais vous devez être observé par un gynécologue sans ambiguïté.

Fibromes utérins et foie

Parmi le nombre total de maladies gynécologiques, environ 30% sont des myomes, ou léiomyomes, ou fibromes utérins, détectés chez 80% des femmes d'âge moyen (35-50 ans). Aujourd'hui, les médecins et les statisticiens considèrent cette maladie comme la plus courante..

Fibromes utérins - une maladie gynécologique courante

Qu'est-ce que le fibrome

Il s'agit d'une tumeur bénigne qui se forme dans les muscles de l'utérus et se compose de ces mêmes fibres de masse musculaire qui, pour une raison inconnue, gonflent, se mélangent à des nœuds mélangés à des vaisseaux également enflés conçus pour nourrir le tissu utérin..

Ce néoplasme survient principalement chez les femmes de l'âge dit reproductif (procréation). De plus, très souvent, les femmes ne se rendent même pas compte pendant assez longtemps que certains changements pathologiques ont déjà commencé dans leurs organes reproducteurs (génitaux). Et seule une sorte d'inflammation «comme une femme» peut stimuler une tumeur qui est dans un état «dormant» jusqu'à un certain pore et la faire grossir à une taille tangible (visuellement - une augmentation de l'abdomen, comme pendant la grossesse). Fait intéressant, le myome est parfois capable de «se dissoudre» tout seul, sans aucune aide extérieure. Ce «miracle» survient après le début de la ménopause. Quelques nuances supplémentaires de la manifestation de cette maladie féminine.

1. Le développement des fibromes est basé sur un certain déséquilibre hormonal (taux élevés d'oestrogène, une hormone sexuelle inhérente au corps féminin). À propos, on pense que les fibromes chez les enfants (filles) sont donc très rares (il n'y a pas encore d'oestrogène), tout comme les fibromes chez les femmes ménopausées (les œstrogènes ne sont pratiquement pas libérés).

2. Presque toutes les femmes peuvent devenir victimes de fibromes: les jeunes femmes qui n'ont pas connu la maternité, les personnes âgées, après des opérations comme une femme, les femmes après l'accouchement, les femmes enceintes et ménopausées.

3. La taille, le poids et la forme d'une tumeur peuvent être incroyablement variés - d'un petit grain à une grosse tumeur, comme un poing. De l'apesanteur - jusqu'à trois kilogrammes. D'une tumeur entière à une masse «tissée» de petits nodules.

4. Le myome dans sa manifestation est très diversifié, peut être «invisible» et peut se manifester trop vivement.

5. Il est intéressant de noter que la grossesse peut survenir en présence de fibromes.

Types de fibromes

Tous les fibromes sont divisés selon le lieu de leur «luxation» dans l'utérus dans les types suivants.
1. Si la tumeur est située dans la paroi de l'utérus, dans son muscle, un tel myome est appelé interstitiel (intramural).
2. Si le myome gravite vers la cavité abdominale, son nom est sous-séreux.
3. Le myome, se développant à l'intérieur de l'utérus et localisé sous la membrane muqueuse, est appelé sous-muqueux.
4. Si le fibrome est situé directement dans le ligament de l'utérus, il est appelé intraligamentaire.
5. Le myome, formé sur le col de l'utérus, est appelé cervical.
6. Myome sous-séreux interstitiel - type mixte de myome.
7. S'il n'y a pas de nœuds pathologiques, ils semblent ne pas être formés, un tel myome est défini comme diffus.
8. Si le fibrome ressemble à une tumeur solide, il s'agit d'un fibrome solitaire. Et s'il se présente sous la forme de nombreux petits nodules, il s'agit d'un myome multiple. Distinguer également les fibromes utérins de la jambe et les fibromes utérins complexes.

Les fibromes se distinguent généralement par leur taille (taille).
1. Les fibromes de l'utérus sont petits. Cette taille correspond à la taille de l'utérus dans une grossesse de six semaines. Il convient de noter tout de suite qu'une telle tumeur est traitée avec des médicaments et des remèdes populaires. L'opération n'est indiquée que lorsqu'elle est localisée à l'intérieur de l'utérus ou plus près du péritoine. Ces fibromes sont capables d'auto-guérison lorsque la ménopause survient..

Un fibrome utérin est une tumeur bénigne qui se produit dans la couche musculaire de l'utérus

2. Fibromes de taille moyenne. Ici, la taille de la tumeur correspond à l'utérus dans un état de 6 à 12 semaines de grossesse. Avec cette taille, il est également possible de guérir sans couteau chirurgical..

3. Gros fibromes. L'utérus avec un tel myome gonfle à une taille correspondant à une grossesse de plus de 12 semaines. Le plus souvent, une telle tumeur est enlevée par chirurgie..

Les symptômes de l'apparition de la maladie

Décidons des «premières cloches» de la présence de néoplasmes dans le corps d'une femme - les fibromes. Mais avant cela, on constate que les petits fibromes le plus souvent ne se révèlent pas (il n'y a pas de symptômes), et ils sont détectés «accidentellement» lors d'un rendez-vous gynécologue. Les fibromes de grande taille qui se sont installés à l'intérieur de l'utérus ou qui se sont rapprochés de la cavité abdominale se comportent de la même manière. Souvent, ces fibromes ne font aucune publicité pour eux-mêmes.

Alors, quels sont les premiers symptômes des fibromes utérins? (Ils apparaissent à la suite de la pression des fibromes en croissance sur les organes internes adjacents.)
1. Saignements trop forts et inhabituellement prolongés pendant la menstruation, qui conduisent très souvent une femme à un état anémique.
2. Irrégularités du cycle menstruel et spottings dans la période entre les règles.
3. La présence de douleurs dans le bas de l'abdomen, le bas du dos, les jambes et le bassin. Douleurs douloureuses et tiraillantes.
4. Le désir constant d'aller aux toilettes pour uriner. La croissance des fibromes appuie sur la vessie.
5. L'apparition de la constipation due au rectum comprimé. La possibilité d'hémorroïdes.
6. L'impossibilité de préserver le fœtus, les fausses couches ou même l'infertilité.
7. Signes externes (en raison d'un manque d'oligoélément fer dû à une perte de sang excessive pendant la menstruation): peau sèche et pâle, ongles cassants, cheveux fendus et sans vie, perte de force.
8. Inconfort et douleur tiraillante dans le bas de l'abdomen et sa croissance "étrange".
9. Diverses inflammations de la vessie et d'autres organes du système génito-urinaire résultant d'une pression ou d'une constriction de l'uretère.
10. Sensations peu agréables, et éventuellement douleur pendant les rapports sexuels.

En présence des «cloches» désagréables ci-dessus, il est nécessaire de consulter le gynécologue et de procéder à un examen approfondi.

Causes des fibromes

Aujourd'hui, les gynécologues «avancés» sont les premiers à appeler la grossesse tardive et la faible fertilité parmi les causes des fibromes. Idéalement, une femme devrait donner naissance à plusieurs enfants presque à la suite. Sinon, un corps féminin intelligent «simule» la grossesse en ressemblant à un fœtus - un myome. Et l'apparition de fibromes chez les très jeunes femmes, les mêmes gynécologues expliquent par certaines caractéristiques biologiques de leurs organes reproducteurs. Par exemple, de nombreuses filles naissent avec des cellules féminines, qui se développeront de toute façon en fibromes..

Les fibromes utérins sont traités à la fois de manière conservatrice et chirurgicale

Notez que jusqu'à présent, les gynécologues du monde ne sont pas parvenus à un consensus sur les principales raisons de la formation de fibromes utérins dans le corps d'une femme. Mais encore, il existe un certain modèle dans l'apparition ou la non-apparition de cette maladie. Il:
- déséquilibre hormonal, dans lequel les œstrogènes prévalent sur les progestérone;
- facteurs héréditaires;
- première menstruation tardive;
- rapports sexuels promiscus (nombreux partenaires sexuels);
- ovaires défectueux;
- foyers infectieux dans le système génito-urinaire;
- maladies inflammatoires des appendices;
- opérations associées au grattage des parois de l'utérus: avortements et fausses couches;
- première grossesse tardive (à l'âge de 30 ans);
- utilisation à long terme de contraceptifs intra-utérins - spirales;
- abus de contraceptifs hormonaux;
- complications après un accouchement difficile;
- hypertension;
- système endocrinien qui fonctionne mal (dysfonctionnements des glandes surrénales, troubles des glandes mammaires, dysfonctionnement thyroïdien et autres);
- mode de vie malsain (manque d'activité physique, mauvaise alimentation);
- la présence de diabète sucré;
Trop de poids corporel (obésité);
- traumatisme mental, stress;
- vie sexuelle inharmonieuse (manque de satisfaction sexuelle (orgasme) lors des rapports sexuels);
- Mauvaise écologie (les femmes urbaines sont plus susceptibles de contracter des fibromes utérins que les femmes rurales);
- vie de famille inharmonieuse.

Le dernier facteur de risque doit faire l'objet d'une attention particulière. En effet, aujourd'hui, les fibromes utérins sont très clairement appelés maladies psychosomatiques. La nature même fixait l'objectif du séjour d'une femme sur Terre - la procréation, prendre soin des enfants et de son mari, garder le foyer. Si quelque chose ne va pas, un dysfonctionnement se produit dans le corps de la femme - un déséquilibre des hormones féminines, et le corps réagit par l'apparition de tumeurs dans les organes génitaux. Autrement dit, avoir un avortement, une femme va à l'encontre de la nature - elle ne donne pas naissance à un enfant. C'est un problème.

En accordant plus d'attention au travail qu'à la famille, une femme va à l'encontre de la nature - elle n'est pas une soignante attentionnée du foyer. C'est un problème. Et en s'oubliant complètement d'elle-même, de ses débuts créatifs, en se plongeant «tête baissée» dans la vie quotidienne et les enfants, une femme va à l'encontre de la nature - elle ne crée pas, ne se développe pas. C'est un problème. Partout il devrait y avoir de l'harmonie, de l'équilibre.

Les facteurs de risque psychosomatiques sont les suivants:
- incapacité à pardonner, accumulation de griefs;
- Expériences chroniques après un avortement ou une fausse couche (perte d'un enfant);
- l'interdiction personnelle de sa propre vie sexuelle et d'en tirer du plaisir;
- humeurs agressives dirigées contre les hommes;
- les peurs liées aux fonctions de l'épouse et de la mère («mauvaise» épouse, «inepte» mère);
- les craintes liées au sort «raté» de sa mère («et si je serais tout aussi malheureuse»);
- manque d'amour pour vous-même et la femme en vous.

En raison des facteurs de risque psychosomatiques ci-dessus, le traitement des fibromes doit nécessairement inclure une assistance psychologique, une psychothérapie, poussant une femme à une révision complète de ses vues, des stéréotypes, une femme apprend à s'aimer et à se pardonner à elle-même et à ses «délinquants». La vie s'améliore et le traitement est plus efficace et sans conséquences indésirables.

À noter que les fibromes utérins peuvent apparaître chez une femme en parfaite santé, comme si elle venait de nulle part, et chez une femme appartenant à plusieurs groupes à risque à la fois. Si au moins certains des symptômes ci-dessus dérangent une femme, elle a besoin d'au moins une consultation avec un gynécologue. Le spécialiste, après avoir écouté les plaintes de la patiente, l'envoie pour examen afin de détecter le lieu d'accumulation des myomes (nœuds), leur taille et leur nombre. Et puis tu peux diagnostiquer.

En général, on trouve le plus souvent plusieurs clusters de grands et petits nœuds (grappes). Et il est juste nécessaire de procéder à un examen complet, pour déterminer la véritable cause de la maladie, afin de prescrire un traitement adéquat afin d'éviter le développement d'une tumeur bénigne en une tumeur maligne. Il est à noter que le plus souvent, toutes sortes de perturbations dans le travail du système endocrinien sont à la base de l'apparition de fibromes. Par conséquent, après avoir diagnostiqué et identifié la cause de la maladie, il est nécessaire de suivre un traitement complet visant à ramener le système endocrinien et les organes féminins à la normale. Il est clair qu'un diagnostic complet et correct est très important pour le succès du traitement des fibromes utérins..

Le traitement conservateur comprend la prise de médicaments hormonaux

Diagnostic de la maladie

Le diagnostic des fibromes utérins est simple s'il existe des symptômes évidents et visibles: un utérus hypertrophié et déformé et la présence de saignements abondants. Les principales méthodes de diagnostic des fibromes utérins comprennent les études suivantes:
1. L'examen «manuel» de l'utérus par palpation de la paroi abdominale antérieure permet de sentir la présence de fibromes.
2. L'examen «manuel» (à deux mains) du vagin donne une première idée de la taille de l'utérus (agrandi), de son état (surface inégale, bosselée, hétérogène des parois) et suspecte la présence de fibromes.
3. L'échographie (échographie) détermine le nombre de nœuds, leur taille, leur emplacement, leur structure, etc. L'échographie peut être réalisée lorsque le capteur est situé sur l'abdomen dans l'utérus ou avec un capteur inséré dans le vagin.
4. Hystérographie (visualisation de la cavité utérine à l'aide d'une radiographie après l'introduction d'un agent de contraste). Aide à distinguer un nœud d'un polype, pour clarifier l'emplacement du nœud.
5. Hystéroscopie (visualisation de la cavité utérine avec un hystéroscope) et biopsie simultanée des parois de l'utérus - pour détecter les petits nœuds et clarifier leurs caractéristiques (examen histologique des matériaux prélevés).
6. Tomodensitométrie (TDM).
7. Imagerie par résonance magnétique (IRM) (grâce à une image tridimensionnelle, l'emplacement du myome et sa structure sont précisés).
8. La laparoscopie est effectuée pour distinguer les fibromes des tumeurs ovariennes. Il s'agit d'une opération dans laquelle un laparoscope avec une lentille est inséré dans la cavité abdominale, ce qui vous permet d'examiner attentivement l'utérus et d'autres organes internes.
9. Analyses pour déterminer l'état du fond hormonal.
10. Écouvillon pour déterminer les principaux agents responsables des infections.

L'essentiel dans la réalisation de mesures de diagnostic est d'exclure les maladies présentant des symptômes similaires. Ce sont des maladies ovariennes, une inflammation de la muqueuse utérine, des tumeurs malignes dans l'utérus, la pénétration d'autres tumeurs sous forme de métastases. Eh bien, et, bien sûr, la grossesse.

Dès que le fibrome est diagnostiqué sans ambiguïté, son emplacement, sa taille et d'autres caractéristiques, le médecin commence à développer des tactiques de traitement. Traiter, comme déjà mentionné, doit être complet et scrupuleux. Après tout, les fibromes non traités entraînent des conséquences aussi graves que:
- infertilité,
- incapacité à supporter une grossesse,
- hypoxie fœtale,
- saignement utérin persistant, qui conduit à une anémie,
- dégénérescence d'une tumeur bénigne en une tumeur maligne,
- saignements post-partum,
- pyélonéphrite,
- croissance accélérée des fibromes, pouvant conduire à l'ablation de l'utérus.

L'échographie est l'un des moyens de déterminer les fibromes utérins

Traitement des fibromes utérins

Comment les fibromes utérins sont-ils traités aujourd'hui??
1. Traitement conservateur (non chirurgical). Il comprend la prise de médicaments hormonaux (mifépristone, goséréline, triptoréline et autres) qui peuvent réduire la taille des fibromes, soulager les saignements pendant les menstruations et soulager la douleur. Les médicaments efficaces qui éliminent les symptômes de la maladie sont le Danazol, le Danoval, le Nemestran et d'autres.

2. Effet actif (chirurgical) sur la tumeur.

3. Interventions peu invasives (moins traumatisantes): embolisation utérine et ablation FUS-IRM (procédures facilement tolérées).
Le traitement conservateur (non chirurgical) des fibromes utérins, qui inhibe la croissance et le développement du néoplasme et aide à préserver l'utérus, comprend:
- prendre des médicaments qui augmentent l'immunité,
- traitement médicamenteux des troubles du travail des organes du système endocrinien,
- traitement des infections existantes,
- normalisation du métabolisme,
- l'adhésion à un régime protéiné thérapeutique,
- travailler avec un psychologue pour restaurer un état mental normal,
- prendre des mesures pour éliminer les saignements utérins (Duphaston est prescrit pour éviter les saignements de l'utérus),
- restauration d'un cycle menstruel normal,
- traitement de l'anémie avec des préparations de fer,
- phytothérapie,
- procédures de physiothérapie,
- Autres méthodes.

Le traitement chirurgical comprend une hystérectomie (ablation de l'utérus) ou une myomectomie (ablation d'une tumeur). La chirurgie n'est prescrite que si les saignements augmentent pendant la menstruation, conduisant à un état anémique. Aussi, si le fibrome se développe trop rapidement et clairement en taille. L'impulsion de l'opération peut être des douleurs insupportables et toutes sortes de perturbations dans le travail des organes voisins en raison de la pression exercée sur eux par la tumeur..

Examinons brièvement tous les types d'intervention chirurgicale. L'ablation de l'utérus entier (hystérectomie) est réalisée comme une opération normale sous anesthésie générale, ou laparoscopie, par ponction péritonéale. Dans cette opération, un hystéroscope est inséré à travers le vagin. L'ablation d'une partie de l'utérus associée à un myome (myomectomie) est également réalisée en tant qu'opération conventionnelle et laparoscopie.

Maintenant, la laparoscopie (myomectomie conservatrice) est utilisée comme une opération, dans laquelle l'ablation des fibromes utérins est réalisée avec un laparoscope inséré dans le péritoine. La laparoscopie préserve l'utérus, laissant la possibilité de tomber enceinte. Et en tant que méthode de traitement peu invasive, l'embolisation des fibromes est utilisée, privant le fibrome de l'approvisionnement en sang, à la suite de quoi il «meurt» lui-même. Au cours de cette opération, une substance spéciale est injectée dans l'artère utérine à travers un cathéter, ce qui arrête la circulation du sang et, en conséquence, la nutrition du fibrome. Mais je dois dire que cette méthode n'a pas encore été entièrement testée et est en état d'expérimentation..

Si une femme enceinte reçoit un diagnostic de fibromes, la tumeur sous l'influence des hormones commence à augmenter de taille

Une autre intervention moins traumatisante est l'ablation FUS (ablation FUS) des fibromes utérins. La procédure est réalisée en ambulatoire, sans anesthésie, sans effusion de sang, sans douleur, sans réactions secondaires. C'est l'effet des ondes ultrasonores focalisées sur le myome, détruisant les cellules tumorales et réduisant sa taille de 2 à 3 fois. La chose la plus importante dans cette méthode est la préservation de l'utérus et, par conséquent, la fonction de reproduction. Il est également important que l'ablation FUS soit capable de «traiter» tous les nœuds fibroïdes à la fois en une seule étape, et avec la garantie d'aucune rechute future..

Fibromes pendant la grossesse. Considérez un autre aspect de la maladie - les fibromes utérins pendant la grossesse. Tout le monde sait que la grossesse provoque une poussée d'hormones et un fort changement du contexte hormonal général. Si une femme enceinte reçoit un diagnostic de fibromes, la tumeur sous l'influence d'hormones, hélas, commence à grossir, c'est-à-dire à se développer. Il faut dire tout de suite que cet état de fait augmente considérablement le risque de fausse couche. De plus, la tumeur elle-même peut restreindre ou tordre sa jambe, et même avec la pression des fibromes sur les organes voisins, leur travail est perturbé. Que faire?

Si le fibrome est trop gros et continue de croître ou est situé dans le col de l'utérus, la grossesse devra probablement être interrompue. Si le fibrome est "normal", alors vous avez besoin d'un suivi régulier de la femme enceinte en consultation. Pour la prévention et le passage calme de la grossesse, le médecin prescrit les mesures suivantes:
1. Prendre des antispasmodiques qui réduisent la coagulation sanguine et réduisent le tonus de l'utérus.
2. Passage obligatoire de l'échographie pour contrôler la taille du fibrome et l'état du fœtus.

Lors du diagnostic des fibromes utérins, après avoir été examiné par un médecin et avoir suivi le traitement prescrit, il vaut la peine de vous aider, vous et votre corps, avec des méthodes et méthodes traditionnelles de traitement des fibromes et d'élimination ou d'atténuation de leurs symptômes. Tout d'abord, vous devez faire attention à la nutrition. Un régime alimentaire bien choisi peut considérablement aider à vaincre la maladie..

1. La nourriture consommée ne doit pas alourdir le corps, mais seulement le remplir d'énergie et l'enrichir des micro-éléments et vitamines nécessaires qui «disparaissent» avec les règles abondantes. Pour ce faire, le régime comprend des aliments riches en vitamines K (augmente la coagulation sanguine), A, E (soulage les symptômes et crée un équilibre hormonal), B (normalise la fonction hépatique et synthétise les globules rouges).
2. Apport quotidien de fibres hypoestrogéniques (céréales complètes et pains, légumineuses, riz brun).
3. Noix: amandes, noix, pignons de pin, noisettes.
4. Consommation régulière de fruits et légumes (tous types de choux, citrouilles, tomates, carottes, épinards, agrumes, baies).
5. Inclusion dans le régime alimentaire des aliments contenant des oméga-3 (poissons gras, viande de lapin).
6. Ail obligatoire (plusieurs gousses par jour), épices (curcuma, coriandre, cannelle et autres), graines de lin.
7. Boire autant de liquide que possible pour accélérer le métabolisme et nettoyer le corps.

Remèdes populaires

Et maintenant sur les herbes médicinales, les teintures, les décoctions, les thés.
1. Prêle (décoction et jus) - nettoie efficacement le foie des toxines.

2. Ramasser des herbes, tonifier et soigner le corps: un demi-verre de calendula, un verre d'ortie, un verre de plantain, un verre de boutons de pin, un verre de bourgeons de bouleau, un verre incomplet d'achillée millefeuille, deux verres de chaga, un quart de verre de chélidoine, un verre de viorne, un verre d'églantier, 5 litres d'eau, un demi-litre d'alcool, un demi-litre de miel. Une décoction est faite à partir d'un mélange d'herbes, infusé pendant deux jours, filtré. Ajouter le miel et l'alcool, mélanger et mettre au réfrigérateur. Trois fois par jour, une cuillère à soupe se boit une demi-heure avant les repas.

3. La tisane aide à traiter les fibromes et à prévenir leur apparition: kupena (racine), trèfle (fleurs), orthilia unilatérale, mari, linaire, cônes de houblon, colza, tsétraria (1: 1: 0,3: 0,3: 0,3 : 0,1: 2: 2). Un bouillon est en cours de préparation: une cuillère à soupe de collection + un demi-litre d'eau, infusé et bu un demi-verre quatre fois par jour.

La médecine traditionnelle connaît de nombreuses recettes pour lutter contre les fibromes

4. L'utérus de Borovaya est considéré comme un remède très efficace dans le traitement complexe des fibromes (50 grammes d'herbes sont versés avec un demi-litre de vodka), 30 gouttes diluées dans un demi-verre d'eau sont bu avant de manger.

5. Chélidoine. Une infusion d'une plante hachée avec de la vodka se boit pendant un mois. Le premier jour, deux gouttes d'infusion sont versées dans un demi-verre d'eau, le deuxième - trois, et ainsi de suite. La quantité d'infusion de chélidoine est ajustée à 20 gouttes. Ensuite, la boisson va dans l'ordre inverse, en réduisant la dose quotidienne d'une goutte. Pause - 19 jours. Et encore une fois le même schéma thérapeutique est répété.

6. Les menstruations abondantes sont réduites par des infusions de plantes médicinales telles que les feuilles d'ortie, la bourse de berger aux herbes. Une infusion est en préparation: quatre cuillères à soupe d'herbes + un demi-litre d'eau bouillante. Après avoir insisté, ils boivent un demi-verre le matin et avant le coucher.

7. Le cutter conventionnel est bon au stade initial des fibromes. Pressez le jus du cutter et buvez-le dans une cuillère à soupe diluée dans un verre d'eau (matin, après-midi et soir).

8. Les carottes réduisent les saignements. Les fanes de carottes (deux poignées hachées) versez un litre d'eau bouillante, buvez jusqu'à ce que les symptômes des fibromes cessent complètement de déranger.

9. La bardane (racine) réduit les saignements. Une infusion est faite: une cuillère à café de racine de bardane (hachée) + un demi-litre d'eau bouillante. Le matin, l'après-midi, le thé de l'après-midi et avant de vous coucher, buvez un demi-verre pendant un mois entier.

10. Brosse rouge herbe. Teinture: 50 grammes de racine (séchée et râpée) + 0,5 litre de vodka. Donnez à la teinture un mois pour bien infuser et vous pouvez commencer le traitement: remuez 40 gouttes dans un verre d'eau et prenez avant les repas (trois fois par jour).

11. Recette sibérienne. Cours de trois mois: boire le matin, à jeun, un demi-verre de jus de pomme de terre fraîchement pressé.

12. Réduit le sirop de sureau noir qui saigne. Dans une bouteille de cinq litres, les baies sont versées deux doigts d'épaisseur et le sucre par-dessus avec la même couche. Et donc, couche par couche, remplissez le récipient jusqu'au support de bouteille (la couche supérieure est en sucre, 6 cm d'épaisseur). La bouteille scellée est laissée jusqu'à ce que le sucre soit complètement dissous. Le sirop de sureau filtré se boit avec du thé.

13. L'herbe grince. Une infusion est en cours de préparation: une cuillère à soupe d'herbes (séchées) + dix cuillères à soupe d'eau bouillante. Laissez infuser pendant environ une heure, passez à travers une étamine et buvez une cuillère à soupe trois fois par jour une demi-heure avant les repas.

14. Pour normaliser le travail des ovaires, une teinture de champignon shiitake est utilisée. La teinture est préparée comme suit: une cuillère à café de champignon shiitake (sec et moulu) + un verre de vodka. Laissez infuser pendant quelques semaines dans un endroit frais et sombre. Traitement: versez une cuillère à café de teinture dans un demi-verre d'eau et prenez trois fois par jour.

15. Teinture de fruits vitex sacrés. Cent grammes de fruits vitex moulus dans un moulin à café sont versés avec un demi-litre d'alcool (60%), infusés dans l'obscurité pendant environ un mois (secoués tous les jours), filtrés et pris dans une cuillère à café 3 fois par jour avant les repas. Vous devez être traité pendant 3 mois.

16. Collection médicinale de racine de valériane, agripaume, chélidoine, serpentine, ortie, feuilles de fraise, millepertuis, camomille et bleuet, moulues sur un moulin à café (un demi-verre de tous les ingrédients). Deux verres d'eau bouillante + deux cuillères à soupe de collecte, cuire à la vapeur et insister pendant deux heures. Un demi-verre de bouillon est versé, une cuillère à café de chaga (extrait) est versée et prise le matin à jeun. Le cours dure un mois.

17. Le chanvre (graines) est très efficace contre les fibromes. Une décoction de graines est faite (trois cuillères à café de graines par litre d'eau) et bu trois fois par jour, cent grammes pendant un demi-mois.

18. Noyer (coque et cloisons). Teinture d'un kilogramme de coquilles de noix et d'un demi-litre de vodka. Prendre des médicaments - une cuillère à soupe après chaque repas (trois fois par jour).

19. L'huile de pierre (un minéral naturel avec de nombreux oligo-éléments) normalise l'équilibre hormonal. Trois grammes d'huile de pierre sont versés avec un litre d'eau et bien agités jusqu'à ce que le minéral soit complètement dissous. Pendant dix jours, trois fois par jour, buvez un verre de solution une demi-heure avant les repas.

Le refus de maternité et d'avortement est la meilleure prévention des maladies

20. Écouvillons de solution d'huile de pierre.

21. Un mélange revigorant et vitaminé d'aloès, de miel, de Cahors. Plusieurs feuilles d'aloès, tordues dans un hachoir à viande, sont mélangées à un demi-litre de miel et une bouteille de Cahors et prises une cuillère à soupe trois fois par jour une demi-heure avant les repas.

22. Chélidoine. Une infusion est faite à partir d'une cuillère à soupe de chélidoine hachée en faisant cuire à la vapeur un verre d'eau bouillante. Vieilli pendant un demi-mois dans un endroit sombre. Il se boit, en commençant par une goutte dissoute dans un demi-verre d'eau le matin à jeun. Le deuxième jour, deux gouttes se dissolvent, et ainsi de suite jusqu'à quinze gouttes. Et puis il y a une diminution des gouttes d'une unité. Un mois de traitement suivi d'une pause de deux mois.

23. Récolte d'herbes du gui, du calendula, de la renouée, des feuilles de mûre, du houblon, de la menthe poivrée, de la prêle, de la chélidoine, de l'origan (1,5: 0,5: 0,3: 1,5: 1: 1: 1: 1 : 0,2: 1). Nous faisons une infusion: deux cuillères à soupe + un verre d'eau bouillante. Pour insister la nuit et le matin vous pouvez être soigné en prenant une dose d'infusion de deux cuillères à soupe avant les repas (trois fois par jour).

24. Doucher de deux cuillères à soupe de l'infusion ci-dessus.

25. La collecte d'herbes (bardane, rhubarbe, orme, oseille) traite efficacement les fibromes utérins..

26. Douching, soulager la douleur. Décoction d'oseille de cheval avec addition de camomille.

27. Cataplasme de porridge d'orge perlé mal cuit ou d'oignons cuits au four. Deux cuillères à soupe de décoction de fleurs de mélilot ou de graines de lin ou de racine de guimauve sont ajoutées à la bouillie. La masse est enveloppée dans un tissu et placée sur le bas de l'abdomen.

28. Prendre des bains médicinaux avec des décoctions d'igname sauvage ou de prêle des champs. Guérit parfaitement les fibromes utérins.

Prévention des fibromes

Prendre des mesures urgentes pour empêcher le développement d'une maladie détectée est certainement plus efficace que de lutter contre une maladie avancée. Eh bien, les mesures préventives sont toujours meilleures que le traitement. Considérez les principales mesures préventives pour la non-apparition de fibromes utérins.

1. Visites régulières chez le gynécologue avec échographie.
2. Maternité en temps opportun.
3. Refus d'avortement.
4. Un mode de vie normal sans mauvaises habitudes et un bon repos (sommeil).
5. Une alimentation saine contenant des légumes et des fruits, des céréales et des produits laitiers.
6. Se protéger du stress et des situations nerveuses, ainsi que des facteurs environnementaux nocifs et de la production.

Fibromes hépatiques chez les femmes

Tumeurs bénignes du foie

Ils sont très rares et n'ont généralement pas de signification clinique indépendante, parmi lesquels les adénomes, les angiomes et les fibromes hépatiques.

Adénomes. Dans certains cas, les adénomes se développent à partir du tissu hépatique (hépatoadénomes), dans d'autres - à partir de l'épithélium des voies biliaires (cholangioadénomes) ou sont de nature mixte. Ils se trouvent parmi les tissus sains du foie, délimités par une capsule de tissu conjonctif, et sont facilement exfoliés. On rencontre souvent de multiples adénomes du foie, situés principalement sous-capsulaire dans le lobe droit du foie. De petits adénomes sont parfois trouvés dans le contexte de la cirrhose du foie, il est alors difficile de les distinguer des nœuds du tissu hépatique régénéré. En présence d'un adénome, le foie peut être légèrement hypertrophié, douloureux et des irrégularités arrondies sont déterminées à sa surface. La fonction hépatique n'est généralement pas altérée, la jaunisse n'est pas notée. Un diagnostic précis peut être fait avec une laparoscopie à biopsie ciblée. Aucun traitement particulier n'est requis, la malignité est extrêmement rare.

Angiomes. Ils sont beaucoup plus courants que les adénomes. Ils sont divisés en hémangiomes caverneux, juste des hémangiomes et des lymphangiomes (très rares). Les angiomes sont des formations vasculaires uniques ou multiples de couleur brun foncé ou noire, généralement situées sous-séreuses. Les angiomes solitaires se trouvent plus souvent le long du bord du lobe droit, ils ont souvent une jambe. Les angiomes sont souvent asymptomatiques; avec de grandes tumeurs vasculaires, il peut y avoir une gravité, une douleur sourde dans l'hypochondre droit. À la palpation, une formation arrondie et légèrement douloureuse de consistance pâteuse est déterminée, déplacée avec le foie; parfois un souffle vasculaire se fait entendre sur la tumeur. Il peut y avoir une thrombocytopénie concomitante. La scintigraphie hépatique, la splénoportographie, la cœliacographie aident à poser un diagnostic. Un diagnostic précis peut être posé par laparoscopie. Les angiomes asymptomatiques multiples ne peuvent pas être traités; les angiomes détectés pendant la laparoscopie sont mieux éliminés en raison de la possibilité de saignement, ainsi que d'une tumeur maligne (très rare).

Fibromes, fibromes, lipomes hépatiques. Ils sont très rares, asymptomatiques, ne nécessitent pas de traitement particulier.

Tumeurs malignes du foie

Les tumeurs hépatiques malignes sont subdivisées en tumeurs primaires et secondaires (métastatiques), qui sont plus fréquentes. Les tumeurs primaires comprennent les tumeurs du tissu épithélial du foie - les hépatomes, de l'épithélium des voies biliaires - les cholangiomes, les mélanomes rares et les sarcomes hépatiques.

Dans% des cas, l'hépatome se développe dans le contexte d'une cirrhose portale ou postnécrotique précédente du foie; en outre, l'hépatite aiguë avec nécrose massive du parenchyme, les maladies hépatiques parasitaires (clonorchiase, opisthorchiase) jouent un rôle dans l'étiologie de l'hépatome; souvent l'hépatome complique l'évolution de l'hémochromatose; une importance est attachée aux effets toxiques des poisons industriels, de l'aflatoxine, des rayonnements ionisants. L'hépatome survient 5 fois plus souvent que le cholangiome, mais des éléments de ces deux types se produisent souvent dans une tumeur et leur évolution clinique est la même.

Clinique. Déjà dans la période initiale de développement du cancer primitif du foie, une faiblesse, une perte de poids, une «perte d'appétit» apparaissent et progressent rapidement; des douleurs précoces apparaissent dans l'hypochondre droit, qui sont permanentes, irradiant vers le dos et la moitié droite de la poitrine. Plus tard, les douleurs deviennent insupportables (douleurs «morphine»). Une jaunisse légère apparaît souvent; une jaunisse sévère n'est pas caractéristique de l'hépatome. Il y a une augmentation de la température, souvent dans un état subfébrile, mais parfois au cours de la maladie, elle peut acquérir un caractère septique. Chez tous les patients, une modification de la taille et de la forme du foie est révélée, ce qui augmente non seulement vers le bas, mais également vers le haut. Dans ce cas, le bombement de la poitrine droite peut être déterminé. À la palpation, le foie est douloureux, sa surface est bosselée, la densité pierreuse du foie attire l'attention. Un bruit de friction se fait parfois entendre sur la région du foie - conséquence d'une périhépatite, souffle artériel vasculaire. Dans environ la moitié des cas, la splénomégalie est associée à une thrombose dans le système de la veine porte, au développement d'une hypertension portale et à des métastases à la rate. À l'avenir, une ascite apparaît et le liquide d'ascite contient beaucoup de protéines, a souvent un caractère hémorragique.

Diagnostic. Il est possible de soupçonner le développement d'un hépatome sur fond de cirrhose du foie par une forte détérioration de l'état sans raison évidente, l'apparition de fièvre, une densité cahoteuse et pierreuse du foie. Le développement rapide d'ascite, résistant à un traitement adéquat, est également suspect pour l'hépatome; l'émergence des précoms. À partir des données de laboratoire caractéristiques, il convient de noter l'apparition d'une anémie hypochrome (bien que dans certains cas il puisse y avoir une érythrocytose), une leucocytose neutrophile modérée, une forte accélération du ROE (mm / h), chez un certain nombre de patients thrombocytose. Une modification des paramètres biochimiques peut être simplement associée à la présence d'une cirrhose: une augmentation du niveau d'activité des transaminases et de la phosphatase alcaline dans le sérum sanguin, une hyperbilirubinémie, une augmentation de a2- et, une violation des fonctions d'excrétion et d'absorption du foie. Ces dernières années, l'attention a été attirée sur la détection d'antigènes fœtaux dans le sang de patients atteints d'hépatome - alpha-fœtoprotéine, qui est détectée par immunodiffusion chez% des patients. Les plus grandes avancées dans le diagnostic du cancer du foie sont associées à la numérisation du foie avec 198 Au ou rose du Bengale, étiqueté 131 I, révèle des défauts dans l'accumulation de radioactivité dans la zone tumorale, détectant des ganglions cancéreux de plus de cm. La laparoscopie avec biopsie hépatique ciblée est également d'une grande importance..

Traitement. Le diagnostic précoce de l'hépatome permet dans certains cas (nœud unique, absence de cirrhose) de recourir à un traitement chirurgical radical - résection du lobe hépatique. Dans d'autres cas, le traitement est palliatif; ces dernières années, la chimiothérapie a également été parfois utilisée, de préférence avec l'introduction de médicaments par perfusion prolongée à travers l'artère hépatique. S'il n'est pas traité, le pronostic est sans espoir et pire en présence de cirrhose.

Le mélanome hépatique est rare, le tableau clinique est similaire à celui de l'hépatome, un diagnostic intravital peut être posé à l'aide d'une biopsie (dans les cellules tumorales, il existe des inclusions noires caractéristiques de mélanine). Le cours est progressif, le pronostic est mauvais. Le sarcome du foie est encore moins fréquent, il est également difficile à distinguer de l'hépatome, caractérisé par une évolution fulminante.

Le cancer secondaire du foie survient lorsque le cancer de l'estomac, des ovaires, de l'utérus, des reins, des poumons, etc. se métastase au foie. Souvent, la croissance des métastases dans le foie dépasse la croissance du foyer primaire, ce qui rend extrêmement difficile l'établissement d'un diagnostic correct. Cela ressemble à de nombreux nœuds grands et petits. La clinique comprend le tableau clinique des lésions primaires et secondaires. Le foie est généralement dur, hypertrophié, bosselé et souvent douloureux. La jaunisse, les dysfonctionnements hépatiques, l'ascite, la splénomégalie sont incohérents. La détection du cancer secondaire du foie est possible grâce à des méthodes de recherche instrumentale: laparoscopie, biopsie ciblée, angiographie, scintigraphie.

Le traitement est palliatif, parfois une amélioration temporaire peut être obtenue avec la chimiothérapie.

Résumé d'une thèse en médecine sur le thème Caractéristiques morpho-fonctionnelles du foie chez les patients atteints de myome utérin

En tant que manuscrit

Zhigulina Tatiana Alexandrovna

UDC 616 -006,36: 616,36

MORPHO - CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES DU FOIE CHEZ LES PATIENTS AVEC MYOME UTÉRIN

14.00.01 - "Obstétrique et gynécologie"

mémoire pour le diplôme de candidat en sciences médicales

Les travaux ont été menés dans l’établissement d’enseignement supérieur d’enseignement professionnel de l’État «Université médicale et dentaire d’État de Moscou» du Ministère de la santé de la Fédération de Russie.

Docteur honoré de la Fédération de Russie, docteur en sciences médicales, professeur

Amirkhan Mikhailovich Torchinov Docteur en sciences médicales, professeur

Vitaly Anatolyevich Petukhov

Docteur en sciences médicales, professeur

Evgeny Valerievich Zharov Docteur en sciences médicales, professeur

Mikhail Afanasevich Botvin Institution principale: - GOU VPO "Université de médecine d'État russe, ministère de la Santé de la Fédération de Russie"

La défense aura lieu lors d'une réunion

Dissertation Council К.208.041.01 au GOU VPO "Moscou

Université d'État de médecine et de dentisterie "

adresse: 127006, Moscou, st. Dolgorukovskaya, 4

La thèse se trouve dans la bibliothèque de l'Université d'État de médecine et de dentisterie de Moscou (125206,

Moscou, st. Vuchetich, 10A)

Le résumé a été envoyé par "С & Г" 2004.

Secrétaire scientifique du Conseil de thèse, docteur en sciences médicales,

professeur M.M. Umakhanova

DESCRIPTION GÉNÉRALE DU TRAVAIL

Pertinence du sujet. Les fibromes utérins font partie des tumeurs bénignes les plus courantes chez les femmes (80%) en période préménopausique, ainsi que chez les jeunes et les adolescents (Vikhlyaeva EM., 1997; Savelyeva G.M., 1997; Savitsky G.A., 2002). La prévalence des fibromes utérins varie considérablement. Selon EM Vikhlyaeva et al. (1997), l'âge moyen de détection des • fibromes utérins est de 32 ans et les indications pour son traitement chirurgical actif surviennent chez les femmes âgées de 45 ans.

Les troubles endocriniens généralement reconnus ne sont pas le principal ou le seul facteur de la pathogenèse des fibromes utérins. La recherche moderne a considérablement élargi le concept de facteurs de risque et de mécanismes de développement des fibromes utérins, parmi lesquels le dysfonctionnement hépatique est au premier plan (De Leo V., Morgante G., 1996; Titlman A.J., 1997).

L'attribution du foie aux maillons les plus importants du système métabolique fonctionnel «hypothalamus-hylophyse-ovaires-foie» s'explique par sa participation à la synthèse, l'activation, la réactivation et l'interconversion des hormones sexuelles. Les réactions métaboliques et cataboliques se produisant dans le foie sont nombreuses, mais les perturbations de l'homéostasie du cholestérol doivent être considérées comme l'essentiel du point de vue de la pathogenèse des fibromes utérins. Le foie est l'organe central du métabolisme du cholestérol et de ses dérivés, y compris les hormones sexuelles. Sécrétant environ 70% de tout le cholestérol (CS) dans le corps, le foie est le principal organe qui facilite son excrétion dans la bile. La source d'acides biliaires (FA) et de cholestérol inchangé dans la bile est le cholestérol à lipoprotéines de haute et basse densité. Ce dernier est excrété dans la bile inchangé (Riley W.A., Morgan T.M., 1999; Esnault-Dupuy C, Chanussot F., Et al., 1987).

L'enzyme clé dans la synthèse des acides biliaires est le 7-alpha-

hydroxylase, son activité dépend de

CS non estérifié gratuit. De plus, le foie est le principal producteur de protéines de liaison aux hormones et plus de 90% du cholestérol nécessaire à la synthèse des hormones sexuelles (Herrington D.M., Werbel BH., 1999; LafontREtal., 1987)

Parmi les nombreux facteurs de risque contribuant à l'apparition de fibromes utérins, il y a des ménarches tardives, des menstruations abondantes, une fréquence élevée d'avortements médicamenteux, des pathologies extragénitales et des maladies gynécologiques (Vikhlyaeva E.M., 1995; Zheleznoe B.I., 1997).

Parmi les nombreuses fonctions métaboliques du foie associées aux fibromes utérins, la plus fréquemment modifiée enzymatique, l'inactivation1 et la conjugaison des hormones stéroïdes avec les acides glucuronique et sulfurique (Borisova Yu.F.; 1982; Mausymbaeva-N.B., 1981). Cette circonstance s'explique dans une certaine mesure par le fait que chez les patients atteints de myome utérin, on trouve souvent diverses maladies du foie et des voies biliaires, qui contribuent à la perturbation du métabolisme des œstrogènes (Serov V.V., 1999; Vikhlyaeva E.M., 1997; Rosen V.B., 1984 ).

Ainsi, le métabolisme hormonal des stéroïdes, réalisé aux niveaux de transcription et de translocation, est étroitement lié aux fonctions hépatiques..

La relation entre l'apparition et la croissance des fibromes utérins et les maladies du foie a toujours fait l'objet d'une attention particulière. Trouvé que le taux de croissance des fibromes. l'utérus dépend de la gravité des violations de diverses fonctions du foie et leur apparition chez un certain nombre de patients est précédée de diverses maladies des organes du système hépatobiliaire (Pallady G.A., 1981).

Les données de la littérature sur l'état fonctionnel du foie dans le myome utérin sont extrêmement limitées: la synthèse des protéines, des pigments et du glycogène a été principalement étudiée. Les études sur le problème de la contraception hormonale soulignent l'effet pathologique des médicaments œstroprogestatifs sur la fonction d'excrétion de la bile du foie, principalement en raison de l'effet négatif du composant œstrogène (Ivanova L.N., 1987; Torchinov AM: 2000; Saveliev B.C., 2002).

Dans les fibromes utérins, on trouve souvent des troubles du métabolisme lipidique, généralement caractérisés par une diminution significative des phospholipides et des esters de cholestérol et une augmentation simultanée des concentrations de cholestérol libre, de monoglycérides et de triglycérides (Ivanova L.N., 1987).

Les troubles du métabolisme lipidique et les maladies associées ont été étudiés de manière assez intensive ces dernières années. Le résultat d'une telle attention a été la systématisation des informations accumulées et l'intégration de diverses conditions pathologiques, basées sur la dyslipoprotéinémie, dans le syndrome de détresse lipidique de Savelyev (Savelyev B.C., 1998; Yablokov E.G., 1999; Petukhov V.A., 2003). Il a été prouvé que le foie est le principal organe cible du syndrome de détresse lipidique de Saveliev (Saveliev B.C., 1998; Petukhov V.A., 2003).

Cependant, la relation entre le développement de fibromes utérins et l'altération de la fonction hépatique n'a pas encore été établie et il n'est pas tout à fait clair quelle en est exactement la cause. D'après ce qui précède, il est évident qu'il est nécessaire d'étudier les maladies du tractus gastro-intestinal et leur relation avec le myome utérin..

Étude des modifications morphologiques et des troubles des fonctions métaboliques du foie dans le myome utérin.

1. Étudier les caractéristiques et les relations du métabolisme lipidique et hormonal chez les patients atteints de myome utérin.

2. Évaluer les fonctions de production et de sécrétion de la bile du foie chez les patients atteints de myome utérin par la méthode de l'hépatobiliscintigraphie dynamique des radionucléides.

3. Déterminer l'activité du système réticulo-endothélial du foie chez les femmes atteintes de fibromes utérins selon la scintigraphie des radionucléides.

4. Etudier la relation de corrélation entre les changements morpho-fonctionnels du foie et la taille des fibromes utérins.

5. Évaluer les modifications fonctionnelles du foie chez les patients après un traitement chirurgical des fibromes utérins.

Dans ce travail, pour la première fois sur un grand matériel clinique utilisant des méthodes scientifiques modernes, la relation entre les changements morphofonctionnels de l'activité hépatique et le développement de fibromes utérins a été étudiée. Les critères radio-isotopiques de dysfonctionnement hépatique chez les patients atteints de myome utérin ont été identifiés et évalués. Les troubles du métabolisme des lipides et des protéines, les fonctions de production de bile et de sécrétion de la bile du foie avec différentes tailles de fibromes utérins ont été étudiés. La sévérité des modifications morphologiques du foie a été évaluée en fonction de la taille des fibromes utérins. Des modifications de la fonction hépatique après un traitement chirurgical sont mises en évidence.

Signification pratique des travaux Le métabolisme lipidique et les modifications morphofonctionnelles du foie chez les patients atteints de myome utérin ont été étudiés à l'aide de méthodes radio-isotopiques. La dépendance de la gravité des perturbations de la structure et des fonctions du foie à la taille des fibromes utérins a été déterminée. Attribué sous la forme de liens individuels dans la pathogenèse des fibromes utérins, violations des fonctions de production de bile et de sécrétion de la bile du foie. Critères de diagnostic des troubles hépatiques structurels et fonctionnels dans le myome utérin dans le cadre de la détresse lipidique - Le syndrome de Saveliev a été déterminé.

Un algorithme d'examen des dysfonctionnements hépatiques chez les patients atteints de myome utérin est proposé. Les dysfonctionnements du foie dans le myome utérin ont été prouvés, quelles que soient les méthodes de traitement des fibromes.

Mise en pratique - Les résultats obtenus ont été introduits dans la pratique du service de gynécologie du PSB n ° 51 et les travaux scientifiques et médicaux du département d'obstétrique et de gynécologie de la faculté dentaire du MGMSU.

Publications et approbation des travaux

Les principales dispositions de la thèse ont été rapportées au X Jubilee Russian National Congress "Man and Medicine" (Moscou, 9-11 avril 2003). La thèse a été approuvée lors d'une réunion du Département d'obstétrique et de gynécologie, Faculté de médecine dentaire, Université d'État de médecine et de dentisterie de Moscou (11 février 2004).

Sur la base des matériaux de la thèse, 5 travaux scientifiques ont été publiés.

La structure et la portée de la thèse

La thèse est présentée à. pages de texte dactylographié et se compose d'une introduction, une revue de la littérature, un chapitre de recherche, des conclusions, des conclusions, des recommandations pratiques et une liste de références contenant 57 sources nationales et 87 étrangères, illustrées de 29 tableaux. dessins et photographies.

La thèse a été réalisée au Département d'obstétrique et de gynécologie de la Faculté de médecine dentaire de l'Université d'État de médecine et de dentisterie de Moscou (chef du département - Docteur émérite de la Fédération de Russie, professeur A. M. Torchinov) et ZAO "Conkrim" du premier hôpital Gradskaya (chef, médecin - Professeur O. V. Rutkovsky) Moscou.

CONTENU PRINCIPAL DU TRAVAIL

Tenant compte des tâches que nous nous sommes fixées pour la période de 2000 à 2003. 179 patients ont été examinés. Parmi ceux-ci, 57 patients atteints de fibromes utérins constituaient le groupe principal. Le groupe témoin comprenait 22 patients sans fibromes utérins. Un groupe rétrospectif était composé de 100 patients précédemment opérés pour des fibromes utérins.

L'âge moyen des patients du groupe principal était de 47,5 + 4,12 ans (41-59 ans), contrôle - 49 + 3,4 ans (43-58 ans), rétrospectif - 48 + 4,7 ans (41-57 ans)... Autrement dit, les patients de tous les groupes étudiés étaient presque du même âge.

Le groupe principal a été divisé en sous-groupes A et B. La formation de ces groupes était basée sur les principes de la division par la taille des fibromes utérins généralement acceptés en pratique obstétricale et gynécologique.,

exprimé en termes conventionnels de grossesse - jusqu'à 12 semaines et plus de 12 semaines de grossesse.

Le sous-groupe A (n = 25) comprenait des femmes avec des fibromes utérins jusqu'à 12 semaines de gestation et le sous-groupe B (n = 32) comprenait des patientes présentant des fibromes utérins de plus de 12 semaines de grossesse.

Les patients du groupe rétrospectif ont été étudiés selon le même principe..

Tous les patients, en plus des patients généralement acceptés, ont subi des méthodes de recherche spéciales. Les patients des groupes principaux et témoins ont été examinés dans un hôpital. Le groupe rétrospectif comprenait des patients ayant subi une analyse rétrospective des antécédents de cas, certains d'entre eux ont été examinés en clinique.

L'examen des femmes de tous les groupes a été effectué selon le schéma standard, y compris les plaintes, les antécédents, l'âge, l'heure du début des règles, la régularité du cycle menstruel, la menstruation, leur durée, la quantité de sang perdu, les douleurs et toutes autres caractéristiques du cycle menstruel. Le début de l'activité sexuelle, le nombre de grossesses, d'accouchements, d'avortements et la présence d'une grossesse extra-utérine ont été précisés. Les opérations gynécologiques et non gynécologiques précédemment effectuées, la date de la première détection des fibromes utérins et les types de traitement ont été enregistrés. Un examen gynécologique a été réalisé.

La pathologie extragénitale a été précisée: maladies du système hépatobiliaire, du tractus gastro-intestinal, du système cardiovasculaire, des voies urinaires, présence de diverses endocrinopathies. Une attention particulière a été portée aux données historiques qui ont un lien direct avec le développement possible d'une pathologie hépatique (antécédents obstétricaux et gynécologiques compliqués, hérédité accablée, pathologie concomitante).

Dans le sous-groupe A, il y a eu 92 grossesses, dont 31 se terminant par un accouchement en temps opportun, 5 des avortements spontanés et 56 des avortements médicaux. 19,1% des femmes avaient des antécédents de 3 naissances ou plus.

Les patientes du sous-groupe B ont eu 104 grossesses, dont 34 se sont terminées par un travail urgent, 7 fausses couches, des avortements médicamenteux - 63,26,5% des patientes ont eu 3 naissances ou plus dans l'anamnèse.

Oncologue, candidat aux sciences médicales. Spécialisation: tumeurs de la peau, glandes mammaires, tissus mous, os. Il a travaillé au centre d'oncologie russe. N.N. Blokhin et l'Institut de recherche scientifique en oncologie de Moscou. PENNSYLVANIE. Herzen. Participant à des conférences oncologiques russes et internationales, membre de l'EORTC (Organisation européenne des oncologues pour l'étude et le traitement du cancer) et de la Société d'oncologie de Moscou, auteur de 26 articles scientifiques. Actuellement, le principal oncologue de la clinique d'oncoimmunologie et de thérapie cytokinique.